juillet 21st, 2014

Nano Story : Un zénith pour mon crépuscule

Sur la route j’ai perdu l’amour inconditionnel, la bienveillance éternelle, le péché fusionnel, l’admiration naturelle, mais pas la gravité. Ce poids au fond de moi m’a gardé entre mes pieds et le sol, à l’écart des courses contre la montre négligeant le temps et l’horizon.

De ma lune à ce soleil, j’ai effacé les décors faits d’Hommes de mon champ de vision pour tutoyer ce qui s’invente entre là-haut et au loin. Ces lieux et ces liens enfin dissociés de la destinée écrite par mon créateur, j’ai suivi les mots de celui qui m’a appris à marcher seul.

Trouver une raison valable de ne pas devenir fou le temps de la civilisation et s’assurer de ne jamais construire un idéal autour du coeur. J’ai échoué à ne pas faire de mes sentiments des définitions sacrées qui se terminent en donation de côte dans un jardin d’éden à crédit. J’ai toute la tête de mon créateur et le poids de cette transplantation perdue pour faire des quatre coins de ma vie, un cercle, un soleil.

 

juillet 20th, 2014

Nanos Stories (7/7)

J’ai toute la tête de mon créateur et le poids de cette transplantation perdue pour faire des quatre coins de ma vie, un cercle, un soleil.

juillet 19th, 2014

Nanos Stories (6/7)

J’ai échoué à ne pas faire de mes sentiments des définitions sacrées qui se terminent en donation de côte dans un jardin d’éden à crédit.

juillet 18th, 2014

Nanos Stories (5/7)

Trouver une raison valable de ne pas devenir fou le temps de la civilisation et s’assurer de ne jamais construire un idéal autour du coeur.

juillet 17th, 2014

Nanos Stories (4/7)

Ces lieux et ces liens enfin dissociés de la destinée écrite par mon créateur, j’ai suivi les mots de celui qui m’a appris à marcher seul.

juillet 16th, 2014

Nanos Stories (3/7)

De ma lune à ce soleil, j’ai effacé les décors faits d’Hommes de mon champ de vision pour tutoyer ce qui s’invente entre là-haut et au loin.

juillet 15th, 2014

Nanos Stories (2/7)

Ce poids au fond de moi m’a gardé entre mes pieds et le sol, à l’écart des courses contre la montre négligeant le temps et l’horizon.

juillet 14th, 2014

Nanos Stories (1/7)

Sur la route j’ai perdu l’amour inconditionnel, la bienveillance éternelle, le péché fusionnel, l’admiration naturelle, mais pas la gravité.

juillet 13th, 2014

Nano Story : Trop tard - Tard trop

L’intérêt majeur de ne plus avoir de nom réside dans le fait de ne plus être désigné par l’autre, celui qui fait de l’identité un préalable. Si la généalogie est le sacerdoce de l’identité, il serait bon de couper les branches, arracher les racines et mettre le terrain en jachère. Dans cette fâcheuse histoire de jardinage, il me reste trois petit-enfants avec mon nom et ma belle-fille qui en a repris un autre. Ils perturbent systématiquement mon ascétisme le temps des célébrations familiales en espérant voir se refléter mon humanité dans la leur. Ils se déguisent en ordre, en morale et en Dieu pour réinterpréter en choeur ma transparence face au crépuscule des vies de Papa et Mamie.

juillet 11th, 2014

Nanos Stories (5/5)

Ils se déguisent en ordre, en morale et en Dieu pour réinterpréter en choeur ma transparence face au crépuscule des vies de Papa et Mamie.